News

De leden van de DMA geregeld bijeenkomen in verschillende Task Force (Nielsen, CIM).

Elke maand een Board wordt ook georganiseerd om van gedachten te wisselen over de stand van zaken van files(cases),
delen de projecten en uitwisseling over de huidige gebeurtenissen die invloeden of invloed kan uitoefenen
op de activiteiten van de leden.

Hieronder vindt u regelmatig informatie over deze verschillende bijeenkomsten.

Geen uitwisseling van persoonsgegevens meer tussen Europa en de VS?

Gepubliceerd op 19 januari 2021

Online advertising had het de afgelopen jaren niet onder de markt. Niet alleen werd de effectiviteit ten onrechte in vraag gesteld, ook mengde de beleidsmaker zich veelvuldig op ons terrein. Deze deed dat uiteraard met de beste bedoelingen, maar het zorgde voor onzekerheid en onduidelijkheid over hoe effectiviteit en conformiteit aan de wetgeving samen kunnen gaan. 

Zo zal 25 mei 2018 voor altijd in ons geheugen gegrift staan als de dag dat GDPR-realiteit werd. In de jaren ervoor zorgde het voor een ongeziene situatie: bedrijven probeerden halsoverkop in te schatten wat GDPR juist was en wat de gevolgen van het niet-naleven zou zijn. 

Inmiddels zijn we twee jaar later en blijkt ‘consent’ niet het grote drama dat we verwacht hadden. Consumenten klikken braaf – zelfs vastberaden – ja als hen om toestemming wordt gevraagd.

Dat betekent echter niet dat online advertising zich in veilige wateren bevindt. Het percentage adblockers blijft hoog. Daarnaast dook – wat meer onder de radar – recent ook een nieuwe hinderpaal op: een uitspraak van het Europese Hof van Justitie bemoeilijkt het doorgeven van persoonsgegevens van Europa naar de Verenigde Staten. 

En laat het nu net zo zijn dat zowat alle tech tools zich in de VS bevinden. Van Google Analytics over onze adserver (de tool die instaat voor de verspreiding van online advertenties en de opvolging ervan) en onze DMP (data management platform, waar data van o.a. advertentiecampagnes bewaard worden) tot de pixels van Facebook Connect. 

De vraag is dus: kijken we wel de juiste kant op? Beseffen we wel waar de uitdagingen voor onze sector vandaan komen? Als vakvereniging is het onze rol om duidelijkheid te scheppen en oplossingen aan te reiken. Die vindt u dan ook in deze whitepaper. 

Veel inspiratie toegewenst!

DOWNLOAD WHITE PAPER

Philippe Degueldre Voorzitter DMA

Étude Matrix : le marketing digital se stabilise avec un CA de 933 millions

Gepubliceerd op 18 juni 2020

Cette année, la Belgian Association of Marketing (BAM) fête le dixième anniversaire de l’étude Matrix – initiée par IAB Belgium – qui se penche sur les investissements dans les médias digitaux. L’enquête a été réalisée pour la première fois en partenariat avec la Digital Media Association (DMA), qui rassemble les régies Internet, et avec la collaboration de l’UMA. Il s’agit d’un nouvel exemple, parmi tant d’autres, d’initiative prise par la BAM de concert avec différents acteurs du marché. L’association marketing collabore aussi avec plusieurs organisations professionnelles dans le cadre des Belgian Marketing Awards et de son think tank sur Facebook.

41,1 %

« Avec une part de 41,1 % dans les investissements publicitaires en 2019, les médias digitaux font preuve de stabilité », indique Stephanie Radochitzki, Digital Strategy & Performance Director chez IPG Mediabrands et responsable de l’étude au sein de BAM. « Si le temps de la forte croissance est révolu, il n’empêche que ce média reste en tête avec 4 euros sur 10 investis. » Rappelons que cette part s’élevait à 40,2 % en 2018.

Cette stabilité se reflète également dans l’approche « always-on » adoptée par plus de la moitié des annonceurs. D’autre part, un fait frappant est le recul de l’implication des agences (médias). Celles-ci n’interviennent plus que pour 59,6 %, un résultat qui s’explique par la tendance à l’internalisation chez un certain nombre de grands annonceurs.

933,4 millions

Cette dixième édition contient également plusieurs nouveautés dignes d’intérêt. Elle publie notamment un chiffre total net pour l’ensemble du marché digital en Belgique, grâce à la contribution de l’UMA. Celui-ci se monte à 933,4 millions d’euros. « C’est une étape importante », souligne Brenda Liebens, Head of Digital Advertising chez SBS et vice-présidente de la DMA. « Jusqu’à présent, nous n’avions aucune idée de ce que représentait le marché total. Bien que ce chiffre soit en partie basé sur des données déclaratives, il permet de se faire une bonne idée de la situation. »

Autre nouveauté : la répartition par secteur économique. Grâce à la collaboration avec la DMA, un volet téléphonique (CATI) a été ajouté et le nombre de répondants est passé à 724, soit une nette progression par rapport aux 578 de la vague précédente. « Cela permet de communiquer des résultats prudents par secteur, note Stéphanie Radochitzki. Nous savons ainsi que le secteur alimentaire alloue 35 % de ses dépenses médias au digital, alors que les services publics en consacrent 50 %. Les annonceurs peuvent se faire une meilleure idée de la situation dans leur propre secteur. »

Étude de référence

Cette étude Matrix élargie donne envie tant à la BAM qu’à la DMA de poursuivre sur cette lancée. « Nous assurons l’homogénéité et une comparaison au fil des ans, souligne Stephanie Radochitzki. Cette étude vient compléter des études antérieures et ce rôle demeure important. » « La DMA souhaite aussi poursuive cette initiative », indique pour sa part Brenda Liebens. La volonté de faire de Matrix la référence sur le marché est donc désormais une ambition partagée.

TÉLÉCHARGER L'ÉTUDE